La thérapie analytique est inspirée de la psychanalyse. Autrement appelé psychothérapie.

C’est une thérapie « par la parole ». Elle permet de verbaliser ses pensées, de réfléchir et de se remettre en question dans un échange bienveillant avec le thérapeute. Elle a pour but la compréhension de l’origine du symptôme (comme l’angoisse, les phobies, les TOC, les somatisations, etc…) afin de libérer les conflits inconscients.

La parole est libre, le patient est accueilli dans son intégrité, sans jugement. La consultation se déroule en face a face.

Les libres associations d’idées vont permettre de comprendre et de trouver l’origine du symptôme et ainsi libérer les conflits inconscients, débloquer l’énergie psychique pour la rendre libre et fluide dans son ensemble. Cela permet de changer certains modes de fonctionnement (addictions, troubles alimentaires, relations aux autres… ou encore de supprimer une angoisse qui perturbe le quotidien).

L’hypnose Ericksonienne a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution du problème.

L’hypnose peut être utiliser pour gérer le stress, pour agir sur les angoisses et les dépendances.

L’hypnose Ericksonienne permet au patient d’accéder a son inconscient, qui est un réservoir de ressources et de sagesse ce qui pourra permettre au patient de trouver ses propres solutions a ses problèmes.

Le langage hypnotique agit donc en profondeur comme un stimulus et court-circuite le mental.

Le thérapeute agit en tant que guide. La clé de cette pratique repose sur une participation active du patient, qui possède les ressources nécessaires pour répondre de manière innovante aux situations qu’il rencontre et effectuer ainsi une transformation intérieure positive.

Les Mouvements Oculaires Thérapeutiques son utilisés dans le traitement de troubles de stress post-traumatique. Lorsque le psychisme est dépassé par un choc traumatique, notre cerveau n’arrive pas à traiter ou digérer les informations choquantes comme il le fait ordinairement et reste bloqué sur l’évènement, sans que nous en ayons conscience. Ce sont ces vécus traumatiques non digérés qui creusent le lit de la pathologie, provoquant un trouble de stress post-traumatique et d’autres pathologies associées.

Le trouble de stress post-traumatique se rencontre principalement chez les victimes d’évènements traumatiques civils survenant dans l’enfance ou à l’âge adulte (agressions, maltraitances physiques, psychologiques, et sexuelles, accidents, deuils, attentats, catastrophes naturelles, également aussi chez les militaires et civils victimes d’évènements traumatiques survenant dans le cadre de guerres et de conflits armés.). Il est à noter que les proches de personnes victimes sont également concernés par un possible impact traumatique indirect de la violence subie par leur proche.

Les événements à l’origine de troubles post-traumatiques peuvent être aussi des évènements de vie difficiles, qui n’ont pas été identifiés à l’époque comme potentiellement traumatiques car ils semblent avoir été surmontés, mais qui laissent des blessures émotionnelles pouvant être à l’origine de perturbations psychologiques ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne. Cela peut concerner des difficultés familiales vécues dans l’enfance, des ruptures, des difficultés conjugales, des maladies et opérations, des interruptions de grossesse, des difficultés professionnelles, etc…

Les symptômes du trouble de stress post-traumatique sont majoritairement des perturbations qui s’expriment sous forme d’irritabilité, angoisses, cauchemars, ruminations à propos du vécu traumatique, tendance à l’isolement, état dépressif, comportement agité voire violent, douleurs physiques, somatisations, régression et/ou répétition des violences chez l’enfant, … Cela peut entraîner dépression, addictions, trouble du comportement alimentaire, attaques de panique, phobies, etc… Il s’agit d’une technique thérapeutique basée sur la stimulation sensorielle. Grace a des mouvements oculaires bi-latéraux,  le cerveau est « reprogrammer » pour effacer les traumatismes.

« Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire. »  Carl Gustav Jung